formats

Florence Cassez libérée

Réflexion sur la gestion et la libération de français détenus à l’étranger

Le 23 janvier 2013, les magistrats mexicains ont pu rendre justice à Florence Cassez grâce à la discrétion des autorités françaises.

Le travail diplomatique bilatéral tout en discrétion a porté ses fruits. Loin de la méthode hyper-médiatique menée par Nicolas Sarkozy qui allait à l’encontre de l’intérêt national en provoquant des tensions dans la relation, auparavant bonne, entre les deux pays. Dénoncer, exercer des pressions n’était pas la meilleure façon de défendre les nationaux. La diplomatie de Nicolas Sarkozy relevait d’une autre époque, celle de la France impériale, revendiquée dans le discours de Dakar. L’arrivée d’un nouveau président en France et d’un nouveau président au Mexique a permis de modifier le climat bilatéral. Depuis des mois, François Hollande s’investissait sur ce dossier avec son homologue mexicain, la volonté commune des deux chefs d’État a permis de tourner la page sur ces trois dernières années de malentendus et dans une relation diplomatique dépassionnée, de libérer Florence Cassez.

Partagez...