formats

Cette semaine à l’Assemblée…

La semaine a commencé avec le vote mardi 19 mars du projet de loi sur la refondation de l’école de la République. Après cinq jours et 54 heures de débat, j’ai voté avec mes collègues en première lecture pour ce texte qui a été adopté avec 320 voix pour, 227 contre. La force de ce projet de loi est d’apporter des réponses pragmatiques et mesurées aux difficultés structurelles de l’école de la République. La loi signe un retour aux fondamentaux, synonyme de redressement pour une école en perte de vitesse. Le texte s’est enrichi, grâce aux amendements des députés du groupe majoritaire, de l’introduction de l’éducation à la santé, l’éducation à la parité dès la maternelle, l’amélioration de l’accueil des élèves handicapés, la généralisation des passerelles entre maternelle/primaire et primaire/collège ou encore le rééquilibrage des moyens en faveur de l’éducation prioritaire. L’UMP et l’UDI, les principaux groupes de l’opposition ont multiplié les amendements (1300 en total) sans pour autant rejeter la nécessité d’un tel projet, nécessité pourtant balayée par des logiques partisanes prégnantes. Il aura ainsi fallu pas moins de trois jours pour étudier l’article premier et le rapport annexé à la loi définissant les grandes orientations. Beaucoup d’opposition mais peu de propositions pour une droite qui présente un bilan peu louable en matière de politique d’éducation. La réussite éducative c’est la priorité à la jeunesse qui figure au premier rang des ambitions du projet présidentiel de François Hollande. La refondation de l’école est une nouvelle étape décisive de cette ambition, au même rang que les emplois d’avenir et les contrats de génération, voués à bâtir de meilleures perspectives d’avenir à la jeunesse de France.

Parallèlement, j’ai mené de nombreuses auditions dans le cadre de ma mission, confiée par le Premier ministre, d’évaluation de la politique de l’eau.

Michel Lesage, le 22 mars 2013

Partagez...