formats

Cette semaine à l’Assemblée…

Cela n’aura échappé à personne, l’examen du projet de loi travail était au cœur de l’actualité de l’Assemblée nationale cette semaine. Face à une volonté de blocage motivée par des postures politiciennes, et face à la droite qui professe la casse de notre modèle social et la dérégulation sans borne de notre marché du travail, le texte ne disposait pas d’une majorité claire à l’Assemblée nationale. C’est la raison pour laquelle le Premier ministre a engagé sa responsabilité sur le projet de loi.

J’ai eu l’occasion de m’exprimer sur cette décision en répondant aux questions de France Bleu Armorique. Je vous invite à retrouver ici l’entretien consacré à ce texte.
Parler de passage en force ou de déni de la démocratie est une caricature. Le texte a reçu l’aval du syndicat majoritaire -la CFDT-, il a été abondamment discuté en commission, des milliers d’amendements ont été déposés et 500 ont été retenus ce qui a amené le texte à être considérablement modifié en faveur des salariés. Signe fort de cette profonde évolution : l’opposition du Medef et de la droite, qui déplorent aujourd’hui « une défiance généralisée à l’égard des chefs d’entreprise » parce que le poids des syndicats dans les accords collectifs est renforcé.
Le texte de loi est un texte de progrès social avec des avancées concrètes : le Compte personnel d’activité, la Garantie jeunes, la lutte contre les travailleurs détachés, le renforcement des congés etc.
Une motion de censure a été déposée contre le gouvernement par la droite qui a livré à cette occasion son inquiétant projet d’administrer une cure libérale drastique à la France. La motion n’a pas été votée puisqu’elle a recueilli 246 voix, en dessous des 288 voix requis, majorité absolue actuelle des députés. Le projet de loi travail est donc adopté en première lecture, selon la procédure prévue par l’article 49.3 de la Constitution. Le texte sera devant le Sénat à partir du 13 juin.
Mercredi matin, la commission du développement durable a examiné pour avis le projet de loi autorisant la ratification de la COP 21, adoptée en décembre 2015. Le gouvernement a en effet pris l’engagement de ratifier le plus rapidement possible cet accord qui passera donc en séance publique la semaine prochaine, le mardi 17 mai.
Mercredi après-midi, la mission d’information commune sur la mise en œuvre de la loi relative à la transition énergétique, à laquelle j’appartiens, a organisé une table ronde sur les compteurs « intelligents », Linky et Gazpar, dont l’objectif est de connaître en temps réel notre consommation d’énergie afin de mieux la maîtriser. Je rappelle que notre circonscription est pilote dans le domaine de la transition énergétique.

Par ailleurs, ce vendredi 13 mai, en compagnie du Préfet, et dans le cadre du dispositif « Embauche PME », qui connaît un véritable succès à l’échelle locale comme au plan national, j’ai visité deux entreprises qui ont embauché grâce à cette mesure d’incitation à l’embauche.
Vendredi 13 mai 2016

Partagez...