formats

Rentrée scolaire 2012

Dans un contexte tendu – une rentrée scolaire préparée par le précédent gouvernement avec 80 000 suppressions de postes intervenues depuis 5 ans et 13 000 encore pour 2012 – le Président de la République a tenu à adresser un message de confiance aux enseignants lors de son déplacement au Collège Youri Gagarine de Trappes. La jeunesse et l’école sont une priorité de son mandat et l’une des conditions du redressement de notre pays.

Le Gouvernement a pris ce problème à bras le corps dès juin, avec 1 000 recrutements complé­mentaires dans le primaire et de nouveaux assis­tants d’éducation et des auxiliaires de vie pour les enfants handicapés. 22 100 postes seront of­ferts aux concours externes de la session 2013 permettant le remplacement des départs à la re­traite. Dans le contexte budgétaire actuel, c’est un engagement particulièrement fort. Sera éga­lement budgétée le retour de la formation initiale des enseignants autour des futures écoles supé­rieures du professorat et de l’éducation avec deux principes : la professionnalisation de la formation et la progressivité de l’entrée dans le métier.

Concertation sur la refondation de l’école

À moyen terme, la concertation sur la refondation de l’école doit créer les conditions de la réussite éducative pour tous les élèves, élever le niveau de qualification des jeunes, transmettre le savoir et les disciplines pour former des citoyens. Elle mobilise plus de 600 personnes et 22 ministères.

Au terme de cette concertation qui s’achèvera au mois d’octobre, sera préparée une loi d’orienta­tion sur l’éducation qui sera présentée devant le Parlement avant la fin de cette année. Elle fixera le cadre dans lequel seront mis en œuvre, sur la durée du quinquennat, les différents chantiers de cette réforme globale et durable.

Une partie des emplois d’avenir sera réservée à l’éducation nationale. Dès 2013, ce sont ainsi 6.000 emplois d’avenir professeurs qui seront ouverts aux jeunes boursiers.

Par ailleurs, enseigner la morale laïque de l’élé­mentaire jusqu’à la terminale doit transmettre aux enfants les principes et les comportements du vivre ensemble.

Les liens entre l’école primaire et le collège doivent être renforcés pour éviter l’échec scolaire.

Une large partie des difficultés que connaît le collège est liée aux différences de niveau entre les élèves qu’il accueille dès la 6ème. Le retard que certains ont pu accumuler à l’école primaire -qui s’est accru en 4 10 ans- est difficile à rattraper. C’est le sens de la priorité donnée à la lutte contre l’échec dès l’école élé­mentaire. C’est l’exemple donné par ce collège où toute l’équipe éducative est mobilisée. Le collège unique ne signifie pas collège uniforme. Il n’interdit pas de proposer aux élèves des approches pédago­giques différenciées, dès lors qu’aucun dispositif d’éviction précoce ne détourne les élèves de l’objectif de maîtrise du socle commun et ne les enferme définitivement dans une filière.

Cette ambition pour l’école est l’affaire de tous : du Gouvernement, du Parlement, des collectivités locales, des enseignants, sans oublier les parents et tous les autres membres de la communauté éducative.

Partagez...