formats

Création de la Banque publique d’investissement

La création de la Banque publique d’investissement était le 1er des 60 engagements pris par le Président de la République. Sa place dit son importance dans notre stratégie de reconquête industrielle et de compétitivité. Elle sera la force de frappe de l’Etat pour financer les entreprises, développer les secteurs d’avenir porteurs de croissance et d’emploi, orienter l’épargne vers l’investissement. Son architecture associe tous les acteurs économiques et sa gestion sera au plus près du terrain avec une forte dimension régionale. La force de cette banque : mettre la finance au service de la production.

Le bras armé de la reconquête industrielle

Au service des PME

- La BPI est le regroupement des trois grands investisseurs publics : la Caisse des dépôts, le Fond stratégique d’investissement, la banque industrielle Oseo.
- Elle centralisera le soutien public au financement des entreprises à tous les stades de leur croissance avec une priorité pour les TPE, PME et ETI qui souffrent d’un déficit de fonds propres, de l’internationalisation des marchés et du refus des banques privées de les financer.
- Concrètement, le soutien de la BPI sera multiforme : prêts, renforcement des fonds propres, soutien financier à l’export et l’innovation, préfinancement du Crédit d’impôt pour la croissance de l’emploi. – Le guichet unique par région est une structure nouvelle qui simplifiera les démarches des chefs d’entreprises. Finie la multitude d’interlocuteurs et de procédures. La centralisation des décisions et des interlocuteurs assurera ainsi la rapidité des financements.
- Il s’agit de corriger les défaillances du système bancaire et d’encourager les investisseurs privés à participer au redressement productif.

Au service de l’innovation et de la croissance

- La stratégie de croissance de la BPI se focalisera sur les PME industrielles et innovantes. Ce ciblage sectoriel vise à corriger l’un des handicaps de notre économie : la constitution d’un tissu d’entreprises de taille intermédiaire à fort potentiel de développement et leur accompagnement sur les marchés internationaux pour réduire durablement notre déficit commercial.
- Elle concrétisera l’une des recommandations du rapport Gallois en épaulant la mise en place et le renforcement de grandes filières industrielles.
- Elle soutiendra l’expansion des secteurs du numérique, de la transition écologique et énergétique, de l’économie sociale et solidaire qui structureront notre industrie du futur.

Une force de frappe financière mobilisable dès 2013

- Avec 20Mds€ de fonds propres, la BPI assurera une capacité de prêt de 20Mds€, une capacité de garantie de prêts de 12Mds€, et une capacité d’intervention en fonds propres de 2Mds€ par an.
- 600M€ par an seront affectées à l’innovation.
- Elle pourra assurer à l’avenir la distribution aux entreprises des financements provenant des institutions communautaires.

Une gestion au plus près de la réalité du terrain économique

Un partenariat Etat/ régions

- La BPI reconnaît l’expérience des régions dans le développement économique et la gestion des pôles de compétitivité dans les territoires.
- Sa gouvernance se fera aux niveaux national et régional avec la présence des régions à tous les niveaux : Conseil d’administration, comités national (CNO) et régional (CRO) d’orientation.
- L’objectif est que 90 % des décisions financières soient prises directement par le réseau régional.
- Les guichets uniques régionaux permettront la mise en place d’un réseau de distribution des crédits au plus près des entreprises.

Une banque nationale qui se veut « exemplaire »

Le regroupement de tous les acteurs de l’économie française

- L’urgence de la crise appelle à l’union, c’est la volonté du Président de la République. La reconquête industrielle doit être un combat partagé par tous les acteurs de notre économie à l’aide du dialogue et de la concertation.
- Le comité national d’orientation de la BPI sera composé 21 membres, dont deux parlementaires, des représentants syndicaux et patronaux, les régions, un membre de la Caisse des dépôts et des personnalités qualifiées dans les domaines de l’innovation, de l’industrie, des services, de l’environnement…
- Le conseil d’administration, présidé par Jean-Pierre Jouyet, rassemblera toutes les parties prenantes de notre économie afin d’assurer la cohérence de sa stratégie.

Un modèle de transparence

- Afin d’éviter tout risque de conflits d’intérêt, les métiers de prêt et d’investissement seront strictement séparés.

Partagez...